Les deux faces de la médaille

le cheval, le fermier et les deux revers de la médailleNous avons tous plus ou moins tendance à réagir spontanément à un événement qui nous concerne. Nous avons très vite la sensation qu’il est « bon » ou « mauvais » pour nous et nous nous réjouissons ou nous lamentons sans tarder. C’est très humain tout ça ! Et nous oublions presque toujours que, de la même manière qu’une médaille a deux faces, un événement peut être négatif ou positif (ou un peu des deux…). En fait, tout dépend du contexte.

Une ancienne légende taoïste chinoise illustre parfaitement cette réalité. La première fois que je l’ai rencontrée, c’était en préface d’un bouquin écrit en 1982 par Richard Bandler et John Grinder, les inventeurs de la PNL, la Programmation Neuro-Linguistique. Cet ouvrage majeur sur le recadrage, publié en version originale sous le titre « Reframing – Neuro-Linguistic Programming and the Transformation on Meaning », est à lui seul un outil magique pour résoudre bien des problématiques amenées en thérapie. Bon, mais là n’est pas le sujet de ce post…

Donc, cette vieille légende raconte l’histoire d’un fermier qui vivait dans un pauvre village reculé. Les gens le trouvaient fortuné et l’enviaient un peu car il possédait un cheval qu’il utilisait pour les labours et le transport. Un jour, son cheval s’est enfui. Tous les voisins ont déploré le désastre que cela représentait, mais le fermier s’est contenté de dire : « Peut-être… »

Quelques jours plus tard, le cheval est revenu dans son enclos, ramenant avec lui deux chevaux sauvages. Les voisins se sont réjouis de cette chance incroyable mais le fermier s’est encore contenté de dire : « Peut-être… »

Le lendemain, le fils du fermier a essayé de dresser l’un des deux chevaux sauvages mais celui-ci l’a éjecté d’une ruade et le fils, mal tombé, s’est cassé la jambe. Les voisins compatissants ont tous exprimé leurs condoléances face à ce mauvais sort mais le fermier s’est à nouveau contenté de dire : « Peut-être… »

La semaine suivante, le pays est entré en guerre et des soldats sont venus enrôler de force les jeunes du village. Mais ils ont réformé le fils du fermier à cause de sa jambe cassée. Aux voisins qui s’extasiaient devant une telle chance, le fermier s’est une nouvelle fois contenté de dire : « Peut-être… »

Combien de fois un « événement malheureux » dans votre vie a-t-il généré une belle rencontre, un nouveau départ, une découverte, une compréhension ?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *