Mon Illusion n’est pas la Vôtre !

robe blanche ou bleue
La robe mise en vente aux enchère en ligne a déchaîné les passions : est-elle blanche ou bleue ?

Depuis quelques jours, les internautes s’écharpent pour savoir si une robe est blanche ou bleue. Au-delà de l’enseignement amusant sur la façon dont une préoccupation futile devient un phénomène de mode, cette question toute bête (blanche ou bleue ?) a fait douter des millions de personnes sans même qu’elles parviennent à le formuler aussi précisément : si nous ne sommes pas capables de nous entendre sur la couleur d’une robe en photo, qui peut prétendre détenir la Vérité sur des tas d’autres sujets ?

Intéressant, ça !

Le professeur Diana Derval, experte en neuromarketing, a publié un article sur la grande variabilité de notre perception des couleurs, assorti d’un test sommaire qui a connu un énorme succès viral sur les réseaux sociaux où il a été vu trois millions de fois en une semaine et plus de 40 000 fois déjà dans sa version française traduite par Aether Concept.

test des couleurs
Comptez les bandes de couleur dont vous pouvez percevoir les nuances différentes.

Accompagné d’une image créée pour Twitter par un graphiste caché sous le pseudo @Brunus_V et représentant un spectre de 39 couleurs différentes, le test demande au visiteur de compter les bandes qu’il peut percevoir avant de se référer aux résultats. Bon, de nombreux spécialistes ont immédiatement contesté la validité de ce test en arguant que l’affichage des écrans est trop sommaire, le nombre de bandes insuffisant, etc. (voir l’article de l’Express) et, si l’on veut vraiment savoir comment notre cerveau perçoit le spectre chromatique, il est vivement conseillé de demander un test médical en bonne et due forme, peut-être après avoir tenté une première approche avec ce test en ligne apparemment bien plus complet.

Mais finalement, pour notre petite démonstration, peu importe que les pourcentages soient justes. Ce qui est à retenir c’est que nous ne serions pas équipés tous de la même façon pour percevoir les couleurs.

Alors, comment lire ce test une fois que vous avez compté les bandes différentes ?

  • Moins de 20, vous êtes dichromate: vous n’avez que deux types de cône seulement, comme les chiens… et 25% de la population. Vous aimez probablement porter du noir, du beige et du bleu, peut-on lire dans l’article.
  • Entre 20 et 32, vous êtes trichromate, vous possédez trois types de cône, comme 50% de la population.
  • Vous voyez en 33 et 39 couleurs? Alors vous avez quatre types de cône, vous êtes doté d’une vision tétrachromatique, comme les abeilles… et 25% de la population. Vous n’aimez pas le jaune et n’en portez presque jamais.

Vous avez donc compris que les nuances que nous percevons dépendent de la distribution des cônes – des récepteurs de couleurs – dans nos yeux.

Ça y est, vous savez si vous avez deux, trois ou quatre cônes différents dans les yeux ? C’est déjà bien. Mais on s’en fiche un peu tant que l’on comprend que débattre sur la couleur « réelle » d’une robe n’a pas de sens puisqu’on ne peut pas tous voir la même chose.

Et là où les choses deviennent vraiment intéressantes, c’est quand on apprend qu’en fait tout ceci est vain car, dans le Monde Réel, les couleurs n’existent pas. Mais alors, pas du tout ! Pas de vert, pas de bleu, pas de rouge, ni de jaune ni de violet…

Mais, que me dites-vous-là ? Je le vois bien que l’herbe est verte, que le ciel est bleu et que le nez de mon oncle est rouge violacé de trop aimer le jaune !

Vous avez raison. Vous le voyez bien. Mais cela n’existe pas. En réalité, toute la matière, dans tout l’univers, émet des rayonnements et ce, de façon variable dans toutes les longueurs d’onde du spectre électromagnétique, depuis les ondes radio jusqu’aux rayonnements gamma. Et nos yeux ne nous permettent de recevoir qu’une toute petite partie du milieu de ce spectre qui devient du coup le « spectre visible ».

spectre électromagnétique
le spectre visible n’est qu’une infime partie du spectre des rayonnements électromagnétiques.

tomate rougeDe fait, la belle tomate que vous avez devant les yeux n’est pas rouge. Elle réfléchit la lumière du soleil (ou de la lampe) – sous forme d’un rayonnement d’une certaine longueur d’onde qui est capté par les cônes du fond de votre œil, transformée en information électrochimique envoyée le long du nerf optique vers une zone à l’arrière de votre cortex cérébral, appelée « centre de la vision », où, par on ne sait quelle « magie », vos neurones vont vous dire : « c’est rouge ! ». Et vous voyez rouge.

Donc je résume : nous ne sommes pas équipés, nous les humains, pour « percevoir » les couleurs tous de la même façon mais, en plus, les couleurs n’existent pas. Ce sont juste des conventions élaborées par notre cerveau pour désigner une longueur d’onde qui nous est envoyée par le Réel, parmi d’autres que nous ne captons pas ; une illusion ! Ce que nous percevons du Monde est donc une construction de notre esprit, une image, comme un hologramme. Et le mien n’est pas comme le vôtre qui est différent de celui de votre voisin !

Et c’est pareil pour les sons dont nos oreilles ne perçoivent (heureusement) qu’une partie.

Mais là où ça devient carrément passionnant, si l’on y réfléchit deux secondes, c’est que c’est exactement pareil avec toutes nos expériences, nos échanges, nos discussions, nos apprentissages, nos certitudes, nos croyances… Tout ceci, qui fait que nous sommes ce que nous sommes, passe par des filtres dans notre esprit, comme les cônes dans nos yeux. Ces filtres sont construits peu à peu par notre environnement familial, notre époque, notre éducation, nos rencontres… Et ces filtres sont donc intimement personnels. Il n’y a quasiment aucune chance que les miens ressemblent aux vôtres ou à ceux de votre voisin.

Donc, ma façon de « voir », « d’entendre » et de « comprendre » le Monde m’est personnelle et est différente de celles de tous les habitants de cette planète. Nous partageons tous une expérience commune au sein du Réel mais nous en retirons tous une perception différente, une « réalité » / illusion individuelle. Ce n’est pas Le Monde, c’est notre Carte du Monde. Et ce n’est pas la même chose ! C’est un peu comme si nous étions chacun dans notre réalité, notre hologramme, notre projection, dans notre bulle, comme un hamster, en train d’avancer dans la vie.

Alors n’oubliez pas, chaque fois que vous voulez « convaincre quelqu’un que vous avez raison », ou chaque fois que vous ne « comprenez pas l’autre » : nous avons chacun notre Carte du Monde, notre illusion. Elles sont toutes différentes et aucune n’est Vraie. Et ce n’est pas parce que plusieurs personnes partagent la même illusion que celle-ci est davantage vraie.

Respectons donc nos différences, nos singularités et, du coup, nos libertés, et bien des tensions de notre monde s’apaiseront d’elles-mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *