A quoi sert l’hypnose ?

Il serait facile de croire, à la lecture de la liste ci-dessous, que je présente l’Hypnose comme une panacée capable de tout guérir instantanément. Entendons-nous bien : si les causes sont (plus ou moins) psychologiques ET si vous êtes prêt(e) à accueillir en vous les puissants mécanismes du changement, l’Hypnose vous aidera avec efficacité et rapidité à mettre en œuvre les processus de votre guérison.

La liste des indications de l’hypnose est longue. En voici un rapide aperçu, non exhaustif.

Santé

  • Addictions (arrêt du tabac, alcool, drogues…)
  • Compulsions
  • Troubles alimentaires (poids de forme, rapport à la nourriture, gestion de la silhouette…)
  • Gestion de la douleur (migraine, souffrances médicales…)
  • Angoisse, dépression…
  • Colère, agressivité
  • Gestion des deuils, séparations, divorces
  • Accompagnement et optimisation de traitements médicaux
  • Phobies
  • Allergies
  • Maladies de peau
  • Infertilité psychologique
  • Troubles de la sexualité

Bien-être

  • Stress, anxiété, mal-être en général
  • Préparation sportive
  • Troubles du sommeil
  • Accompagnement de la grossesse et préparation à l’accouchement

Développement personnel

  • Confiance en soi, timidité
  • Études, préparation à un examen, mémorisation
  • Harmonisation Féminin/Masculin
  • Évolution professionnelle
  • Éveil personnel
  • Problèmes d’identité et d’affirmation de soi

Olivier Lockert, thérapeute, écrivain, fondateur de l’IFHE et concepteur de l’hypnose humaniste, étoffe cet aperçu de l’hypnose thérapeutique dans l’un de ses ouvrages, « L’Hypnose Humaniste » (éditions Courrier du Livre, 2013), suivant la littérature scientifique et toujours en complément du traitement médical :

Phobies de toutes sortes, traumatismes (accidents, décès, divorces…), dépression exogène, anxiété, crises de panique, stress et mal-être, migraines, insomnies, cauchemars, troubles obsessionnels et du comportement, paralysie, cécité, surdité, aphonie, amnésie, dysphagie (difficulté à avaler), tics, hoquet, bégaiement, préparation préopératoire, accouchement sans douleur, dentisterie, analgésiée, anesthésie et suites postopératoires, lutte contre la douleur (chronique, examens médicaux pénibles,cancer, grand brûlé…), soutien durant le traitement du cancer, du sida et autres graves maladies, ichtyose (maladie de peau générant des squames), hémophilie, herpès génital ou labial, leucémie, diabète, vaginisme, frigidité, anorgasmie, dysménorrhée et aménorrhée, impuissance, éjaculation précoce, infertilité, énurésie (incontinence), coprorésie (« fuites nocturnes »), rétention urinaire, pollakiurie (besoins d’uriner trop fréquents), excès de poids, onychophagie (se ronger les ongles), boulime, anorexie, toxicomanie, tabagisme, alcoolisme, maladies de peau (névrodermite, psoriasis, prurit, verrues, acné, zona, eczéma, urticaire, calvitie…), allergies ponctuelles ou chroniques, asthme, hypertension artérielle, problèmes de vue, troubles gastro-intestinaux, problèmes de croissance (taille, seins), syncopes, maladie de Raynaud, hyperhidrose, personnalité fractionnée, procrastination, hypocondrie, manque de confiance en soi, entraînement à la concentration, à la performance (sport, études, examens, réorientation professionnelle ou personnelle), prise de décision importante, dilemme, etc…

Ces indications sont celles de l’Hypnose dissociante et sont plutôt mécaniques ou fonctionnelles. L’Hypnose Humaniste, grâce à ses particularités, ajoute à cette déjà longue liste des indications d’ordre plus « psy », telles que :

Les maladies lourdes, type cancer, aux origines souvent existentielles (en complément du traitement médical), les problèmes d’ordre physique à répétition et de cause inexpliquée (céphalée, mal de dos, mycoses, cystites et autres somatisations), les effets du patriarcat (femmes qui se sous-estiment, qui n’ont pas de goût à la vie, qui restent en arrière plan, derrière leur mari, qui souffrent de non-reconnaissance, etc.), les problèmes d’identité (y compris d’ordre sexuel), les femmes trop « solaires » (coupées de leur féminin) et les hommes trop lunaires (coupés de leur masculin), mal-être existentiel, tristesse ou sentiment d’impuissance chronique, sensation d’être dissocié, coupé du corps, de ses émotions et de ses sentiments, excès d’esprit d’analyse, loyautés familiales, rancœur, deuil, être (ou se croire) toujours victime, prisonnier d’une situation, critiqué ou jugé par les autres, timidité, agressivité, colères, hyperactivité, besoin de multiplier les relations affectives sans lendemain, peur de l’abandon, tendances suicidaires, dialogue intérieur négatif dévalorisant, rabaissant, impossibilité de construire un couple ou de maintenir un couple, problèmes de couple, infertilité psychologique, échecs personnels ou professionnels à répétition, sensation d’être transparent, inintéressant, trop grande naïveté, crédulité, pessimisme, sentiment d’injustice, d’infériorité, dépression endogène, besoin de trouver sa voie, manque de créativité, perte du goût de la vie, excès d’attente par rapport aux autres, besoin excessif d’attirer l’attention, etc.

Notez que, du point de vue de l’Hypnose Humaniste, nombre des troubles cités dans la première liste, qui sont plus avantageusement et durablement traités grâce aux procédés Humanistes qui tiennent davantage compte de la psychologie profonde, de l’histoire de vie et des mécanismes émotionnels de la personne. Car c’est toujours une personne que l’on traite, pas une maladie !

ATTENTION !
L’Hypnose ne se substitue à aucun avis ou traitement médical.

Changement & Guérison